août 7, 2020

SIBO : 20 signes et symptômes

Le SIBO, ou Small Intestinal Bacterial Overgrowth (aussi appelé en français : pullulation bactérienne de l’intestin grêle) est une maladie très peu connue et pourtant courante ! Le SIBO serait présent à plus de 60 % chez les gens qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable !

Lire un article complet sur le SIBO

Les symptômes entre le SIBO et le syndrome de l’intestin irritable sont quasiment identiques :

  • rots,
  • ballonnements,
  • gaz,
  • flatulences,
  • douleurs dans le ventre
  • constipation
  • diarrhée (ou les deux)
  • brûlures à l’estomac…

SIBO : 20 signes et symptômes

SIBO : 20 signes et symptômes

1 – Quand les symptômes de l’intestin irritable sont présents

Comme les gaz, constipation, ballonnements, diarrhées… Même si ce n’est qu’un seul de ces symptômes.

2 – Trop de ballonnements !

C’est le symptôme le plus caractéristique du SIBO, c’est-à-dire sensation de lourdeur dans le ventre, difficultés à digérer, avoir l’impression qu’il y a trop d’air dans le ventre, intestins et ventre distendus…

3 – Présence de reflux gastro-oesophagien, RGO

C’est un des symptômes très courant pour lequel les gens ont tendance à prendre des médicaments appelés : IPP (inhibiteurs de pompe à proton), c’est-à-dire des antiacide comme omeprazole… La consommation d’IPP peut avoir une incidence directe sur le SIBO, nous le verrons plus bas.

4 – Quand des symptômes digestifs sont présents sans régime restreint

Disons par exemple que vous suivez un régime pauvre en FODMAP ou sans gluten, vous avez des améliorations significatives, mais dès que vous consommez un autre aliment (hors régime) alors c’est le retour des symptômes !

5 – Quand des symptômes digestifs sont présents sans traitement

C’est-à-dire sans laxatif, régime restreint, antispasmodique, compléments alimentaires.

6 – Faibles taux de ferritine chronique sans autres causes

Lorsque vous faites une prise de sang et que votre taux de ferritine (protéine qui met en évidence des carences en fer) est bas de façon chronique sans trouver aucune cause particulière.

7 – Quand un signe est présent sans autre cause

Comme une hyperperméabilité intestinale par exemple, ou des problèmes cutanés

8 – Quand des symptômes digestifs se développent après une gastro-entérite

C’est très courant et vous êtes peut-être passé à côté. Lorsque l’on souffre de gastro-entérite, notre risque de souffrir du SIBO est beaucoup plus élevé. Il en est de même pour l’intoxication alimentaire !

9 – Quand des symptômes digestifs se développent après la prise d’IPP

Comme je le disais plus haut, les antiacides peuvent diminuer l’acidité de l’estomac, permettant alors aux bactéries de proliférer sans trop de problème. Voici les IPP les plus connus : Omeprazole, Lansoprazole, Dexlansoprazole, rabeprazole, pantoprazole.

Voici une étude

10 – Quand des symptômes digestifs se développent après des opioides (anti douleurs)

11 – Quand des symptômes digestifs se développent après une chirurgie abdominale

Recourir à une chirurgie n’est pas anodin, et cela stress le corps. Alors ce dernier va se mettre à créer des tissus cicatriciels (on appelle ça aussi des brides), en réalité ce sont des espèces de filaments qui peuvent venir empêcher le bon fonctionnement de l’intestin, ce qui peut conduire à un SIBO.

12 – Quand des symptômes digestifs se calment après une prise d’antibiotiques

Effectivement, cela peut paraître bizarre car nous avons tendance à penser que la flore intestinale souffre énormément de la prise d’antibiotiques, et c’est vrai. Seulement lorsque vous avez trop de bactéries dans l’intestin grêle, comme c’est le cas dans le SIBO, alors les détruire via des antibiotiques va venir aider temporairement ! Oui car ce sont bien les bactéries qui causent vos symptômes, pas votre intestin.

13 – Quand des symptômes digestifs s’aggravent après la prise de probiotiques/ prébiotiques

Les probiotiques, vous savez sûrement ce que c’est, ce sont justement des bonnes bactéries que l’on prend en complément alimentaire pour restaurer notre flore intestinale. Cependant réfléchissez-y, lorsque l’on souffre du SIBO, on a déjà beaucoup trop de bactéries ! En rajouter c’est un peu jeter de l’huile sur le feu !

Les prébiotiques ce sont tout simplement ce qui va nourrir les bactéries, comme les fruits et les légumes, ce sont des prébiotiques car les bactéries vont pouvoir manger les petites fibres et donc prospérer et se multiplier ! Vous comprenez peut-être alors pourquoi lorsque vous mangez des fruits ou des légumes vos symptômes s’aggravent !

Voici le nom de différents prébiotiques que l’on peut retrouver dans certains compléments alimentaire :

FOS, GOS, MOS, Inulin, Arabinogalactan, Chicory, topinambour.

14 – Quand les fibres aggravent la constipation

Nous l’avons dit plus haut, lorsque l’on mange des fibres (de fruits ou de légumes) alors on augmente le risque d’avoir plus de bactéries dans l’intestin. Si vous souffrez de constipation votre médecin vous aura très certainement dit de manger plus de fibres, et c’est une bonne idée !

Mais si vous mangez plus de fibres et que vos symptômes s’aggravent, alors c’est que vous souffrez peut-être du SIBO, c’est-à-dire que vos bactéries (ou plutôt vos archées) se servent de ces fibres pour prospérer et augmenter en nombre, ce qui explique l’aggravation des symptômes.

15 – Quand les mucopolysaccharides (suppléments supposés guérir l’intestin) aggravent les symptômes

Voici quelques noms de compléments alimentaires à éviter lorsque l’on souffre du SIBO : licorice, comfrey, marshmallow, N-Acetyl-Glucosamine, Aloe-vera, Orme rouge…

16 – Quand un régime sans gluten aggrave les symptômes gastro-intestinaux

C’est parce que les produits sans gluten (industriels) restent des produits riches en glucides, ils sont riches en amidon. Ces amidons peuvent être des amidons résistants = fibres, donc augmente la fermentation intestinale et les symptômes.

Le « pire » c’est que les patients qui pensent souffrir d’une intolérance/sensibilité au gluten, mangent parfois plus de produits sans gluten qu’ils ne l’auraient fait avec des produits avec gluten.

Enfin, comme il y a une augmentation de la consommation de glucides (c’est-à-dire de prébiotiques, c’est-à-dire de nourriture pour les bactéries) alors il y a une aggravation des symptômes, et par conséquent la personne n’aura pas les bienfaits escomptés du régime sans gluten et va conclure qu’elle n’a pas de problème avec le gluten ou pire qu’elle a essayé tous les régimes possibles et que ça ne fonctionne pas !

17 – Quand on mange sainement, et que les symptômes s’aggravent

C’est très parlant ! J’entends souvent dire : pourtant je fais attention à tout mais c’est pire ! C’est normal car votre intestin est à l’envers ! Bizarrement parfois les aliments considérés comme mauvais pour la santé passent mieux !

Mais ce n’est pas normal si c’est le cas, vous devriez être capable de digérer les légumes sans avoir de désagréments.

18 – Quand les glucides aggravent les symptômes

Les céréales, les noix, les graines, les haricots, les légumes, les fruits, les sucres, le lactose, les cartilages (bouillon d’os..)

C’est encore une histoire de prébiotique (ou presque) !

19 – Quand le pancréas est caché à cause d’une bulle de gaz au scanner

Cela peut être d’autres organes, et souvent le commentaire du radiologue indique : l’utérus, le pancréas, etc, n’ont pas pu être visible à cause des gaz.

20 – Quand d’autres pathologies qui co-existent (et sont associées) sont présentes

C’est surtout le cas quand les traitements standards ont échoué. Par exemple la rosacée, si un patient traite sa rosacée mais que les traitements standards ne fonctionnent pas, c’est peut-être SIBO et l’éradication permet une amélioration de 50 à 80% de la rosacée !

Mais cela peut-être aussi le cas dans la rectocolite hémorragique ou la maladie de Crohn, ou encore la polyarthrite rhumatoïde ou l’endométriose !

SIBO ebook

Le protocole « Vaincre le SIBO en 2 étapes » va vous permettre de dire Adieu au SIBO !

  • 60 pages d’accès rapide aux informations sur le SIBO
  • Un programme scindé en deux parties : traitement et alimentation
  • 4 semaines de traitement + 2 à 6 semaines de stabilisation
  • Liste intégrale des aliments sans FODMAP (environ 15 pages de listes alimentaires)
  • Prix unique 17 euros

Acheter le programme